Louis Vuitton lance une nouvelle collection de montres Tambour Icons – Achat Montre Monthey

Tambour

Louis Vuitton a lancé quatre nouveaux garde-temps au sein de sa collection Tambour: le monogramme Tambour, disponible en modèles 28, 34 et 39,5 mm, et le graphite Tambour Damien, d'un diamètre de 41,5 mm. Chacune arbore le look signature LV, faisant appel à la riche histoire de la marque et à la performance technologique contemporaine, avec les toiles Monogram et Damier Graphite. Les montres utilisent un mouvement à quartz et sont personnalisables avec des bracelets faciles à changer, utilisant le système interchangeable breveté de la marque sans utiliser d’outils. Cela permet au porteur de changer complètement le look de la montre comme bon lui semble, de le réinventer à chaque usure. Les 12 lettres de «Louis Vuitton» sont gravées toutes les heures dans le boîtier, comme sur les modèles précédents, tandis que certains éléments de design intègrent les emblèmes et les valeurs de la Maison. Des détails sur chacun des modèles, fournis par la marque, sont fournis ci-dessous. Toutes les images sont une gracieuseté de Louis Vuitton.

Tambour

Montre Tambour Monogram

• Boîtier en acier inoxydable poli
• 28, 34, 39,5 mm de diamètre
• Cadran avec motif en toile Monogram gravé et imprimé
• heures et minutes, aiguilles plaquées rhodium polies, seconde main jaune
• Mouvement à quartz
• Fonctions: heures, minutes, secondes
• Sangle interchangeable équipée du système breveté Louis Vuitton,
en toile Monogram
• boucle ardillon
• étanche à 100 mètres

Tambour

Montre Tambour Damier Graphite
• Boîtier en acier inoxydable poli
• 41,5 mm de diamètre
• Cadran avec motif Damier en graphite gravé et imprimé
• Heures et minutes: aiguilles plaquées rhodium polies, trotteuse centrale bleue
• Mouvement à quartz
• Fonctions: heures, minutes, secondes
• Sangle interchangeable équipée du système breveté Louis Vuitton,
en toile Damier Graphite
• boucle ardillon
• étanche à 100 mètres

La manufacture horlogère Breguet a gagné le concours Watch Madness organisé tous les ans par Haute Time, le magazine horloger de référence aux states. C’est le garde-temps Tradition Chronographe Indépendant 7077 qui a été plébiscité par le public dont les votes en ligne lui npus ont donné les moyens de trouver la première place de la match parmi les 64 maisons horlogères représentées. nnAlors que cette belle nouveauté de chez Breguet vient d’être récompensée aux USA par Haute Time, revenons plus en détails sur les particularités de ce chronographe réf 7077… Le chronographe est une complication à part intégrale qui s’étale sur une place de choix dans l’univers de l’horlogerie. C’est généralement, avec le GMT, la première complication qu’un neophyte puisse s’offrir. n nDans la pratique, la mesure des temps écourtés permet d’avoir un aperçu direct et immédiat de la fonction demandée. En revanche, sa réalisation est un défi mécanique supplémentaire ! En effectivement, l’enclenchement du chronographe peut perturber la bonne marche des rouages principaux. Pour résoudre ce soucis, Breguet a équipé ce garde-temps de deux rouages pleinement indépendants. n nLe premier est consacré au décompte des heures et des minutes et son balancier bat à une fréquence de 3 hertz. Il affiche une réserve de marche de 50 heures. Le second rouage, lié au chronographe, est quant à lui équipé d’une fréquence de 5 hertz afin de garantir une plus grande rigueur de lecture, en accord avec celle du décompte du temps. n nLes recherches effectuées par Breguet sur les hautes fréquences ont en effet démontré qu’un nombre d’oscillations plus cher permettait d’avoir une meilleure régularité de marche, les éventuelles perturbations étant plus vite corrigées. Les deux rouages n’ayant ici aucune influence l’un sur l’autre, le mouvement principal n’est pas affecté quand la utilisation chronographe est enclenchée. nnHabituellement, l’utilisation d’un second rouage entraine aussi l’utilisation d’un second cylindre dont le but est de présenter la force requise par la utilisation chronographe. Cette solution demande quelques fois plus d’espace et exige que le porteur remonte aussi bien le cylindre du mouvement principal que celui du chronographe. Avec ce modèle, Breguet introduit un nouveau type de ressort se prêtant parfaitement à la utilisation chronographe. L’énergie nécessaire au rendement du chronographe est fournie par le client lors de la fonction remise à zéro. n nPlus concrètement, cette production énergétique est stockée dans une lame ressort qui travaille en flexion. La réserve de marche de ce type de lame ressort « classiques » n’excède pas les 20 minutes, mais cela convient parfaitement à la taille des temps écourtés. Ce système permet à l’utilisateur d’enclencher sa utilisation chronographe immédiatement, sans s’inquièter de l’énergie restante lors de la mise en route, puisqu’elle sera alors toujours à son maximum. Pour assurer la flexion maximale du ressort, Breguet a conçu une pièce dont la géométrie confère suffisamment d’élasticité afin d’apporter l’énergie supplémentaire au ré-armage du ressort. n nLe principe de la lame ressort tel qu’appliqué par les horlogers de la Maison Breguet a bénéficié de multiples innovations. Un rouage non concentrique a été associé à la lame ressort pour en lisser le couple et obtenir une amplitude ainsi qu’une marche constante du chronographe. On s’en doute, la globalité de ce système lame ressort-rouage a d’ores et déjà fait l’objet d’un dépôt de brevet. Au lieu d’avoir une courbe habituelle, la forme du rouage est le produit d’un calcul lui permettant d’assurer une transmission périodique de l’énergie au chronographe.

Laisser un commentaire